RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE

RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE
N’oublions pas que Canteloup a fait une vanne superbe sur les Haïtiens, prouvant par là tout son courage et tout son talent, grands comme son trou de balle :

« Au moins c’est bien, ils payeront plus la taxe d’habitation ! »

Sacré Nicolas (90 000 € par gala), toujours aussi drôle.

C’est vrai qu’avec Julie et Fogiel comme bon public, tu sombres vite dans la difficulté.

RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE
Les criquets du showbiz, toujours à se coaguler en cas de détresse de pauvres, pour chanter, ressortir leur panoplie promotionnelle, ma dernière chanson, ma vanne, mon émotion, mon image, ma larme… Mes ventes !

Ces insectes nuisibles d’un type nouveau sont peu nombreux, au regard de la population, mais ils occupent -comme l’Allemand en 40- tout l’écran médiatique. Si l’on pouvait ramener l’intégralité de la surface média (radio, télé, presse, affiches, livres) en UN seul écran géant, celui de la propagande (EGP), nos amis les stars en boufferaient largement 98%, avec leurs amis de la politique, qui sont aussi des stars.

Les 2% restant, ce sont les pauvres cons qui souffrent dans l’actu.

RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE
Nous, on a une définition bien simple de la collaboration : celui qui apparaît aujourd’hui sur cet EGP et revient sans cesse, est un collaborateur, qui devra être liquidé.

Dommage pour les fans, pour les téléspectateurs de Stars à domicile, il faudra que leurs idoles vivent dans leur cœur, un peu moins ailleurs.

C’est un point que nous développerons un autre jour, un holocauste nouveau, une Shoah VIP à la fois pratique et symbolique.

Liquider les idoles, c’est ouvrir les yeux du peuple. Et si le peuple veut pas, s’il veut s’aveugler à coups d’idoles ? A vrai dire, on s’en fout un peu, du peuple. Tous les dominants et les révolutionnaires s’en foutent ; en revanche, ils s’en servent. On s’en sert pour accéder au pouvoir, et pour y rester.

RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE
Mao avait habilement retourné le peuple contre ceux qui lui avaient piqué Sa révolution. Bon, le résultat fut un peu sanglant, mais cela veut dire que le peuple est un outil, une arme.

Il faut donc l’entretenir comme tel. L’affûter, à coups de concepts et de colères.
Sinon, et on vous le dit tout net, le peuple, on s’en bat les noisettes. Moins on le fréquente, mieux on se porte.

Le peuple est lent à piger, lourd à déplacer, sourd aveugle, mesquin radin, chiasseux foireux.
Le peuple c’est de la merde.
Seuls ceux qui prennent conscience (de cela) s’extraient du peuple, et peuvent jouir du droit de le mener.

C’est comme ça : le mouton qui sort du troupeau prouve de par le fait qu’il peut le mener, le dominer. Le peuple est un animal, ni gentil ni méchant, qu’il faut bien connaître pour le diriger.

Il faut connaître ses nécessairement « bas » instincts, et ne pas se leurrer sur son intelligence. C’est comme une grosse vache, qui a besoin à la fois de foin et de coups de pied au derche.

RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE
Le peuple, soumis par définition, a besoin d’obéir et d’admirer, comme une femme. Il a besoin de seigneurs. Sinon il avance pas, comme un âne. Avant, on frappait le peuple pour qu’il avance dans une certaine direction. Aujourd’hui, il faut être plus subtil, mais moralement toujours aussi brutal.

Bien sûr, au milieu de la masse blaireautique, il y a des éléments innocents, de gentils pipounets et de gentilles pipounettes, d’autres très capables. Mais là encore, seuls les actes comptent : c’est celui qui s’extrait du peuple qui mérite de le dominer.

Ainsi donc notre méthode sera de liquider toutes les stars, ce qui provoquera un choc certain dans la masse, dressée pour adorer. Il faudra donc remplacer vite fait les objets de cette adoration, sous peine de se faire lyncher. Opération subtile et minutieuse. Car c’est là la crainte numéro un de tout dominant : que le peuple se cabre.

RIRE CONTRE LE TREMBLEMENT DE TERRE
Trop fouetter est improductif.
Ne pas fouetter est suicidaire.

Il faut garder le fouet en main, et faire un exemple. Le nôtre sera terrible et rapide, pour marquer les esprits au fer rouge. La liquidation de toutes les têtes connues appellera un renouvellement au cœur du peuple.
Se détacheront alors les nouveaux dominants, plus aptes à diriger le troupeau en ces temps nouveaux. La vieille domination a fait la preuve de sa stérilité, de son incompréhension. Et comme elle s’accroche, elle sera décrochée.

Voire pleurer la chanteuse Obispo avant de s’agenouiller devant la fosse, ça peut paraître dur, mais c’est un mal nécessaire. Muriel Robin qui fait un gros pipi de vache sur ses mollets avant de s’allonger à côté (ou au-dessus) de Romain Duris tremblotant comme une chèvre, ça peut en éprouver plus d’un.

Tous ces talents, tous ces rêves… Mais pour leur consolation, et celle de leurs adorateurs, on pourra dire qu’ils auront bien profité. Et puis ceux qui devaient être des étoiles, des guides, des lumières, sont devenus aveuglants, immobiles, destructeurs.

Il est temps de changer le sang des seigneurs.

Avec L’Organe, on sélectionnera une batterie de nouveaux maîtres, qui détestent la soumission et qui ont déjà la domination dans le sang.
Allez hop, renouvellement.

Nouveau site d’info satirique : déconne et foutages de gueules no limit en html. Esprit Hara-Kiri. Nouveaux auteurs et esprits libres bienvenus !

Suivez et partagez !
0